Alain Ballereau travaille au sol sur de grands papiers krafts encollés l’un sur l’autre. Ce  matériau modeste offre une surface robuste et maniable, une matière vivante, apte à faire vibrer les strates d'acrylique mate  sous la spatule. 

Il exerce une vigilance de tous les instants pour garder, toujours, la chair aux choses.

Il provoque, épie le hasard, l'apprivoise, l'encourage. Le peintre, à ces instants essentiels où se joue la peinture, devient un véritable explorateur, il peint pour s'étonner....

Sa peinture lyrique ouvre sur des territoires  entre eau, ciel et terre.

Elle nous laisse cheminer entre ombre et lumière, opacité et transparence. 

Nous déambulons dans ses espaces, interrompus seulement par la limite du support. Les lieux se succèdent, comme au fil de la marche...